Nos actualités

6 astuces pour sous-traiter plus sereinement vos projets industriels

Usinage

Sous-traiter est parfois vécu comme un parcours semé d’embuches. Souvent, on sous-traite un projet à la dernière minute. En effet on pensait être à même de le réaliser en interne mais on ne peut plus pour diverses raisons. Il faut alors trouver rapidement une solution. Or dans l’urgence on peut faire des choix regrettables. D’où l’importance de « sourcer » en amont des fournisseurs potentiels. Voici 6 astuces pour sous-traiter plus sereinement.

Équilibre financier
Le fournisseur retenu doit avoir une bonne santé financière, surtout pour des projets en cycle long. En effet, il devra acheter la matière première, les consommables (outillages, …), payer les salaires des collaborateurs et assurer tous les frais de fonctionnement inhérents au projet. L’acompte généralement demandé au lancement de la commande ne suffit pas à maintenir les budgets à flots. La solvabilité du sous-traitant n’est pas un indicateur de la qualité de son travail et de ses compétences, mais il permet de s’assurer qu’il pourra régler ses propres fournisseurs et que l’aspect financier ne sera pas un point bloquant. De fait un risque de faillite du prestataire peu compromettre le projet. Dans le cas où le sous-traitant montre des signes de faiblesse il faut que le client puisse l’accompagner et être le garant financier pour la bonne exécution du projet. Chaque entreprise, grande ou petite, client ou sous-traitant connait des périodes fastes et moins fastes. Dans le cas où l’on veut vraiment contractualiser avec une entreprise malgré une situation financière fragile, on peut tout de même avoir des solutions. Par exemple, le projet peut être segmenté pour n’en confier qu’une partie au sous-traitant en difficultés, plusieurs acomptes peuvent être libérés en mettant en place des jalons de livrables ou bien le client peut aussi fournir la matière première.

Expertise
Choisir un partenaire compétent techniquement est central pour la réussite du projet. Il ne faut pas se laisser influencer par une offre trop compétitive sur le plan financier et une présentation powerpoint surjouée. De même il ne faut jamais s’appuyer sur le prix le plus bas pour remettre un prix à son client. Le sous-traitant doit avoir une histoire solide et un savoir-faire reconnu. Il doit pouvoir aiguiller le client sur une solution plus pertinente si nécessaire. Avant toute chose, il est préférable de tester, sur une petite affaire, les capacités du prestataire à gérer les évènements. Cela vous permettra de mesurer sa capacité à tenir ses engagements.

Communication
Une fois que le sous-traitant est qualifié et que la commande est lancée, la communication est primordiale, même si elle est douloureuse parfois, souvent même.
La clarté du contrat et du cahier des charges permet d’éviter les écueils, les litiges et d’anticiper les possibles sujets de discorde. Cela ne les empêchera pas d’arriver mais le cadre aura été posé et les directives seront plus faciles à prendre.
La confidentialité est souvent exigée notamment sur les projets industriels sensibles et dans ce cas précis on fait signer généralement un « NDA » (Non Disclosure Agreement), qui est un document d’engagement sur la non-divulgation des informations d’un client.
L’organisation des grands groupes et industries de taille moyenne, implique un reporting rigoureux, ce à quoi ne sont pas forcément habitués les sous-traitants. Dès lors que l’on met en place un point hebdomadaire, cela peut être ressenti comme une intrusion, une pression. Les donneurs d’ordres ont besoin de vision et c’est souvent difficile de la donner avec précision quand on est en bout de chaine. C’est justement parce que cette chaine n’a plus de « mou » à ce dernier niveau que le moindre aléa peut tendre les relations. Il faut expliquer cela avec tact au fournisseur afin qu’il donne une visibilité au plus juste. Le client doit savoir dire les choses, même quand elles sont délicates. C’est pourquoi, il est nécessaire aussi de ménager son fournisseur et de toujours appréhender les situations avec courtoisie. De cette manière il sera plus enclin à partager les bonnes et mauvaises nouvelles. Face au constat, ce dernier doit proposer des alternatives et travailler de pair avec les équipes du client. Plus facile à dire qu’à faire, c’est certain, mais la transparence et le seul atout pour une relation de confiance sur le long terme.

Gagnant-gagnant
Il n’y a pas de secret, la qualité et les délais ont un prix. Cela se vérifie dans tous les domaines professionnels et de la vie courante. Bien entendu on a toujours le choix de prioriser sur le prix, mais on sait à quoi s’attendre. Vous cherchez une bouteille de bon vin à 2€, une paire de chaussures en cuir italien à 25€, un restaurant gastronomique à 30€ le menu, une semaine aux Seychelles all inclusive pour 500€ ! Il ne faut pas trop tirer sur la corde car celui qui vend 90 un produit ou un service qui en vaut 100, fera tout pour que ça ne coute pas plus de 90. Il prendra tous les risques pour tenir l’objectif, et il y aura forcément un jour où ça ne fonctionnera pas. A l’inverse, les coûts ne doivent pas être démesurés, mais représentatifs du marché. Ce n’est plus à démontrer, être dans une relation gagnant-gagnant, c’est la clé de voûte pour la réussite des projets.
Dans un environnement où tout est urgent, il est difficile de planifier, et cela mène à la désorganisation, aux retards. Si prévoir une échéance est chose délicate pour un fournisseur, il doit prouver qu’il met tout en œuvre pour tenir les engagements, en recalant des délais, …
Entamer une relation client-fournisseur dans la méfiance n’est pas un bon présage. La confiance se gagne sur le long terme et il faut apprendre à se connaitre, c’est certain. Malgré tout, faire un signe inspirant la confiance dès le départ, permet de partir sur de bonnes bases. Faire confiance, c’est aussi expliquer son mode de fonctionnement, ses attentes et savoir honorer ses engagements.

Dépendance
Être le seul client ou occuper une place importante chez un sous-traitant le mettra en difficulté le jour où vous aurez moins de charge à externaliser. La stratégie gagnante pour vous et votre fournisseur, c’est d’éviter qu’il ne dépende que de vous. Dans le cas contraire vous aurez utilisé trop d’énergie à développer un partenariat qui rendra fragile votre sous-traitant et votre business.

Solutions de contingence
Avoir une solution de contingence, c’est pouvoir jongler avec différentes solutions de sous-traitance. Le but n’est pas d’avoir pléthore de prestataires et de privilégier le moins cher, mais plutôt d’avoir 2 ou 3 compétiteurs qui seront qualifiés suivant le triptyque « cout-qualité-délai ». En effet, suivant la capacité à produire à un instant T, vous aurez différentes options pour attribuer vos affaires au fournisseur le plus adapté. De plus, cela permettra d’avoir un point de comparaison sur les prix proposés. Au final, vous serez moins dépendant d’une solution.

IMTT est un groupement de sociétés de sous-traitances espagnoles, qui accompagne depuis 2012 les industriels français dans leurs projets d’externalisation.

Nos atouts :
La gestion des dossiers confiés et le suivi hebdomadaire des affaires.

Nos compétences :
Usinage, découpe (jet d’eau – laser – plasma), électroérosion, rectification, forage mécanique, chaudronnerie, TTH et TTS, forge, fonderie, décolletage, estampage, injection plastique, extrusion.

Secteurs :
Aéronautique, spatial, défense, automobile, pétrolier, éolien, industrie papetière, médical, électronique, manutention et levage, machine spéciale.

contact@imtt-france.com

Lire la suite

Espagne : stratégie de sous-traitance industrielle pour décupler votre compétitivité

Pourquoi sous-traiter ?
La sous-traitance est un bon moyen pour écrêter la charge. Dès qu’il y un surcroît d’activité, s’appuyer sur des partenaires permet d’éviter les retards de livraison. On peut également confier un savoir-faire particulier que l’on ne maîtrise pas en interne, à une entreprise spécialisée.
Par ailleurs, en externalisant certains projets industriels, on augmente ainsi son chiffre d’affaires puisqu’on augmente sa capacité à produire. En outre, cela permet également d’explorer de nouveaux marchés et de préparer une diversification d’activité.

Espagne : un savoir-faire reconnu

Focus sur le Pays Basque
A 2h30 de Bordeaux, le Pays Basque Espagnol, royaume des pintxos, est aussi la terre promise de la mécanique industrielle avec une forte densité de sociétés d’usinage, de chaudronnerie, tôlerie, forge, fonderie, découpe jet d’eau, découpe laser, traitement thermique, taillage d’engrenage, etc…
Cette région, limitrophe de la France, compte plus de 4000 entreprises dédiées à la sous-traitance et compose le maillage industriel le plus important d’Espagne et un des plus actifs d’Europe !

Les autres grands pôles industriels
Ensuite il y a la Catalogne, grande région importatrice, qui tire son épingle du jeu dans le secteur agroalimentaire, la chimie, le pharmaceutique, les biosciences et l’automobile. La sous-traitance industrielle y est particulièrement dynamique. Les usineurs et les chaudronniers ne manquent pas. De même, la province de Madrid, capitale du pays accueillant les sièges sociaux des grands groupes et centres de R&D, a d’abord misé sur la mécanique de précision et l’électronique dans la seconde moitié du XXème siècle puis s’est aujourd’hui tournée vers l’énergie. La province de Valence concentre également une manne industrielle intéressante et à la pointe de la technologie. On y retrouve des sociétés du textile et de l’ameublement, de la production de céramique, de l’automobile, de la chimie et de la métallurgie. Enfin notons Séville, compétitive notamment pour l’activité aéronautique et de défense, mais aussi pour l’automobile et l’agroalimentaire.
Force est de constaté que toutes ces grands pôles sont dotés d’un panel large en sous-traitance industrielle.

Maîtrise des coûts & Savoir-faire
Contrairement aux idées reçues, il faut tout de même reconnaitre que ce n’est pas toujours meilleur marché en Espagne ! Les prix sont très souvent compétitifs mais au pays de Don Quichotte on ne fait pas dans le low cost quand il s’agit de mécanique. Par ailleurs, même si les écarts de salaires entre la France et l’Espagne se sont resserrés ces dernières années (environ 900 euros net par mois pour la péninsule ibérique) et que les charges sont moins lourdes qu’en France ou réparties différemment, cela constitue un premier élément intéressant qui va peser dans la balance.

Le second point et non des moindres, est que l’attractivité de contractualiser avec nos voisins Espagnols, réside dans le fait qu’ils ont une organisation de travail différente. En effet, ils sont souvent spécialistes dans un domaine particulier, ce qui leur permet de réduire les coûts de fonctionnement, de formation du personnel ou encore d’investissement. Effectivement, une structure plus généraliste, qui propose différentes activités, va devoir investir dans différents types de machines, former des collaborateurs aux compétences éloignées, mettre en œuvre plusieurs certifications qualité, avoir des locaux équipés et organisés avec des impératifs multiples.
Ensuite le niveau de formation professionnelle est très élevé, puisque nos voisins ibériques ont principalement misé sur l’apprentissage et l’enseignement technique afin de fournir à son industrie des ouvriers qualifiés.
En outre, l’Espagne hérite d’un patrimoine culturel industriel fort et notamment en ce qui concerne les process. Les ateliers sont dotés d’outils de production de pointe et il faut bien le rappeler, cette région est le fief de la machine-outil, c’est pourquoi on y retrouve les plus grands constructeurs. De plus, l’innovation est un axe de développement prépondérant pour les Hispaniques et les investissements pour maintenir leur compétitivité en témoignent. Un bon nombre d’ateliers ont des installations modernes. Certains sont même équipés d’un système de recyclage des copeaux, d’une machinerie dédiée à la collecte et au traitement de l’huile de coupe, ou bien encore les plus en avance connectent leurs chaînes de production afin de les rendre plus agiles et plus intelligentes (usine 4.O). Ces axes d’amélioration et de performances contribuent à la compétitivité des sous-traitants et constituent in fine des gains conséquents pour le client, qui peuvent être difficiles à imaginer quand on garde une vision désuète de l’industrie espagnole.

Enfin, il est bon de rappeler que la TVA ne s’applique pas lors des échanges commerciaux entre pays européens. C’est pourquoi, vous ne payez pas de TVA sur les achats en Espagne et n’en reversez pas en fin d’année.
Somme toute, c’est pour ces raisons-là que l’Espagne tire son épingle du jeu et qu’elle arrive encore aujourd’hui à être compétitive, en maîtrisant les coûts.

Logistique, Infrastructures routières
Ces 30 dernières années, l’Espagne a perfectionné son réseau routier par la création de tunnels, d’autoroutes, de routes à double voie et poursuit le maintien en service rigoureusement. C’est également un point de passage stratégique pour tous les transporteurs transitant de l’Europe du nord vers l’Afrique.

IMTT GROUPE
IMTT est un groupement de sociétés de sous-traitances espagnoles qui accompagne depuis 2012 les industriels français dans leurs projets d’externalisation.

Nos compétences :
Usinage, découpe (jet d’eau – laser – plasma), électroérosion, rectification, forage mécanique, chaudronnerie, TTH et TTS, forge, fonderie, décolletage, estampage, injection plastique, fabrication de cartes électroniques, extrusion.

Secteurs :
Aéronautique, spatial, défense, automobile, pétrolier, éolien, industrie papetière, médical, électronique, manutention et levage, machine spéciale.

contact@imtt-france.com

Lire la suite

Découpe par micro-jet d’eau

Le découpage au jet d’eau est un procédé de fabrication qui utilise un jet d’eau, soit pur soit contenant des additifs abrasifs, pulvérisé à haute pression. On peut ainsi découper des matériaux tels que l’acier, l’inox, l’aluminium, le verre, la céramique, le marbre, le cuivre, …

Technologie du micro-jet d’eau
Le procédé combine les avantages de la précision de la découpe laser avec ceux de la découpe par jet d‘eau. Il en résulte que le matériau n’est soumis à aucune tension ou contrainte thermique, ce qui n’affecte aucunement ses caractéristiques de base.
Enjeux techniques
Dans un mouvement d’innovation perpétuelle, de nombreuse applications et projets impliquent une miniaturisation des composants mécaniques et l’utilisation de matériaux de haute complexité. Notamment dans les secteurs de l‘aéronautique, du spatial et de la défense avec la mécatronique, mais aussi dans le médical au travers de la microchirurgie, l’horlogerie, …

Avantage économique
Ce procédé génère des économies parce qu’il permet d’utiliser moins d’eau que la découpe classique. La consommation d’énergie est réduite également par ce type de technologie. Puis, il n’y a pas besoin d’outillage de positionnement comme on peut l’avoir pour un centre d’usinage. Enfin, la mise en œuvre de la machine est simple et rapide.

Avantage technique
Le principal avantage est que la pièce découpée est finie directement. On s’affranchie des reprises d’usinage pour la finition puisqu’on tient une précision de 25µm et des tolérances de fabrication de l’ordre de ±0.01mm. On peut ainsi réaliser directement dans des tôles des pièces qui ont des formes chiadées, alors qu’il faudra multiplier les opérations d’usinage et les temps de réglage pour une fabrication plus conventionnelle. En termes de qualité, on note l’absence de dépouilles sur les tranches et également d’aspérités et de sillons qu’on obtient en découpe par jet d’eau classique : avec un réglage fin des paramètres de coupe, on peut obtenir un état de surface avec un Ra = 0,8 μm.
L’alliance parfaite entre la précision micro et les avantages qu’apporte la technologie de découpe par jet d’eau, en termes d’inaltérabilité des propriétés des matériaux sans déformation et de valorisation maximale de ceux-ci est un atout considérable.

Rattachée à IMTT GROUPE, la société IAM Micro, est spécialisée en découpe micro-jet d’eau de pièces pour l’industrie de haute technologie qui exigent le meilleur en termes de précision, innovation, économie et service.

Secteurs : Automobile, Aéronautique et Défense, Électronique, Médical, Ingénierie de précision…

Encombrement machine : 1000x600x140mm
Tôle jusqu’à 10 mm d’épaisseur
Haute précision : positionnement 0.0025mm
Tolérance de fabrication : ±0.01mm

www.iam.es
contact@imtt-france.com

Lire la suite

Subcontratación 2019 – Salon industriel de Bilbao du 04 au 06 2019

IMTT sera au salon de la sous-traitance industrielle qui se déroule à Bilbao, en Espagne, du 04 au 06 juin2019 inclus.

Nous y représentons IAM GRUPO, spécialisé en découpe jet d’eau et micro-jet d’eau ainsi qu’en électroérosion par fil et enfonçage. Nous les accompagnons dans leur développement sur le marché Français.

Pour échanger ou nous rencontrer, contactez-nous sur contact@imtt-france.com

http://bilbaoexhibitioncentre.com/eventos/subcontratacion-2019/

Lire la suite

Manufacturing Thinking

Le modèle gravite autour de la faisabilité technique, de la cohérence financière puis des équipes.

La faisabilité technique induit la capacité à faire au travers du savoir-faire, du retour d’expérience et des infrastructures de production.

La cohérence financière garantie un équilibre entre la rentabilité du projet et une offre en phase avec le marché pour assurer au client un haut niveau de compétitivité. Les engagements financiers ne se font pas au détriment de la qualité. Il s’agit de faire une proposition chiffrée en fonction de ses compétences, son outil de production et son expérience.

Les équipes sont formées, qualifiées et expérimentées. Un fort niveau de motivation et un challenge pertinent permettent de maintenir l’efficacité des équipes.

Les 3 composantes de ce modèle sont soutenues par 3 piliers fondamentaux :
– Les process de fabrication qui sont spécifiques à chaque métier qu’il s’agisse de forage, d’usinage, de découpe, de chromage dur, …
– L’agilité, qui se traduit par une adaptabilité, de l’atelier ou des fournisseurs, à produire suivant le contexte client ainsi que l’environnement et la nature du projet.
– L’intelligence collaborative, qui est orchestrée par l’amélioration continue des processus et une approche axée sur la communication et la transparence.

Cette vision de la fabrication industrielle et des process intrinsèques, est le modèle d’inspiration d’IMTT pour réaliser les projets conjointement avec les clients et les partenaires (internes et externes) avec succès. C’est notre force, notre leitmotiv pour décupler le business de nos clients dans les règles de l’art et le respect de chaque partie prenante.

Lire la suite